Pourquoi me lancer dans l’aventure « rédactionnelle » du bio ?

Publié par dans A propos de l'auteur

Aidez-moi, je suis « bio addict »

Et croyez-le ou pas, ça dure depuis des années !

Et si seulement ça s’arrêtait là, mais ce n’est pas le cas ! En plus d’être « bio addict », je m’engage sur le terrain en étant :

  • membre d’une Amap (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne),
  • soutien des producteurs locaux. Cela se traduit par des coups de main (ramassages, rebâchage de serres, désherbage) et des visites régulières sur leur exploitation,
  • adhérente à des associations dont le but est de promouvoir l’agriculture biologique,
  • à l’origine de la création d’un groupement d’acheteurs de produits bio locaux (épicerie, produits d’entretien, …)

Mais pourquoi ?

Chacune de ces expériences m’a permis de me rapprocher d’hommes et de femmes passionnés, de métiers différents, de savoirs immenses, du respect de la terre et des bêtes, du rythme des saisons, des conditions climatiques, de challenges relevés,  …. en bref, de très belles aventures humaines. C’est ce que je souhaite rapporter ici, les faire connaitre, les partager, aider à communiquer sur ce « bio » qui devient un vecteur marketing un peu fou. Les appréhensions que je ressens sur la ferveur bio qui envahit notre monde occidental m’ont poussées à écrire ces lignes. Le bio ne doit pas être perverti. Il représente des valeurs, des engagements. Dans la mesure du possible, il est produit et consommé localement. Voilà ce que signifie le « mais pas que » car, à mes yeux, le bio n’est pas une fin en soi, c’est un vecteur d’humanité et de respect.

Allo, Dr Freud ….

Petite-fille d’agriculteur, je ne connais pourtant pas grand chose au domaine agricole. Mes parents avaient un jardin potager duquel étaient issus la majorité des légumes cuisinés à la maison. Ma seule expérience dans ce domaine consistait à aller arracher une carotte en guise de goûter dès que l’occasion m’en était donnée. Hormis – certainement – le plaisir que mes papilles ont du imprimer depuis lors, mon contact « potager » n’a pas été plus loin. Toutefois, je suis née « bio » : les légumes sans traitement allaient directement de la terre à l’assiette, les pots de confiture s’alignaient pour les saisons plus fraiches selon les récoltes locales et les échanges faits avec les voisins, les amis, la famille. Les volailles venaient de chez mes grands-parents. Les lapins arrivaient tout droit des cages installées dans notre jardin. Même si on les caressait, les nourrissait un jour, il n’y avait rien d’anormal à les trouver ensuite dans notre assiette. Le cochon était abattu et partagé avec les voisins. Les autres viandes étaient achetées au quotidien pour le nombre de convives autour de la table auprès du boucher local qui allait lui-même choisir les bêtes sur pieds. Certains dimanche d’automne, les pieds enfilés dans des bottes en caoutchouc, nous marchions, sautions dans les feuilles mortes, leur bruissement nous emplissait de joie et l’on ramassait champignons, mûres, châtaignes, pommes, noix, .. pour les grillades autour du feu, le cidre, l’huile et OUI, je suis née au siècle dernier mais NON, je n’ai pas plus de 100 ans 😉 !

Et sinon, ça se soigne ?

Vous l’aurez compris, mes racines sont bio, locales, écolos, glaneuses et délicieusement gouteuses ! La vie m’a entrainé dans son tourbillon de métro – boulot – dodo comme nombre d’entre nous et c’est lorsque je suis devenue maman à mon tour que mes questionnements ont été nombreux.

J’ai commencé par rechercher une Amap autour de moi, en 2006, en Provence, ce n’était pas si facile. Mais voilà qu’un groupe se créé dans mon village et hop, c’est le début d’une grande, belle et longue aventure.

C’est pire, c’est irrémédiable

Depuis lors, je rencontre des producteurs qualifiés, expérimentés, enjoués qui ont à coeur de faire partager leur passion. C’est ce que je souhaite faire au sein de ce blog : partager nos passions communes du point de vue du novice que je suis et des experts que sont ces producteurs. Et oui, cela fait de moi une « bio addict » mais seulement pour le meilleur !

Résisterez-vous ?

Vous êtes d’accord pour me suivre sur ces chemins de traverse, aller voir ce qu’est le bio, le vrai ? Etes-vous prêts à tenter l’aventure ?? Alors, c’est parti !